Le Cinéma le Parc à Droixhe (Liège)

Cela fait quelques années déjà que Paul Claes milite avec l’Ancre Bleue pour rendre possible l’accès du cinéma Le Parc aux personnes en chaises roulantes.

De récents investissements importants pour le confort de ce cinéma ont été consentis.

Malheureusement, aucun € n’a été consacré à l’accessibilité des chaisards.

Dès lors, l’Ancre Bleue a décidé d’accentuer son action.

Pour ne pas faire perdre de temps aux internautes, nous démarrons la relation de l’histoire par le courrier ci- après :

                                                                                                                                     Theux, le 29 octobre 2006

Aux gestionnaires de la Salle de cinéma « Le Parc »,

Les Grignoux asbl,    

A la Communauté française de Belgique, propriétaire du Parc.

Objet :    accessibilité des personnes à mobilité réduite (PMR) au cinéma « Le Parc ».

Messieurs,

PMR depuis environ 15 ans, fervent défenseur d’une autonomie maximale des PMR, habitant un bateau complètement adapté, architecte, administrateur de l’Ancre Bleue (asbl ayant pour objet l’amélioration des rapports valides et non valides et oeuvrant pour rendre accessible un maximum de lieux publics), participant et conseiller de nombreux projets allant dans ce sens, je fréquente depuis sa création le cinéma « Le Parc » : une salle belle et confortable, entièrement rénovée et riche de 400 places.

Votre salle est la seule, à Liège et environs, qui propose un cinéma d’Art et d’essais, des concerts, soirées thématiques… Vous promotionnez un cinéma de qualité, européen, dans une ambiance conviviale, chaleureuse, sans matraquage publicitaire et pop corn, et vous éditez un très intéressant journal de programmation complet toutes les 6 semaines. (57.000 exemplaires !)

Cette salle et le service culturel magnifique qu’elle propose est unique !

Mais, bémol de taille, elle n’est pas accessible aux PMR … !

Depuis plusieurs années, j’ai entretenu des contacts avec les Grignoux afin de trouver une solution à ces problèmes. Il n’est pas admissible qu’une telle salle ne soit pas accessible, alors que le législateur l’oblige pour toutes constructions nouvelles.

Techniquement et architecturalement, une solution tout à fait raisonnable s’impose : le placement de deux plate formes électriques pour les escaliers.

Vu la configuration des lieux, il y a deux volées de marches pour accéder à la salle.

Cette solution permettrait à toutes les PMR d’accéder à la billetterie, aux sanitaires, à l’expo, aux inscriptions, etc… comme les personnes valides.     

Actuellement, les PMR entrent par la sortie de la salle, au niveau le plus bas, en ayant d’abord emprunté le couloir qui relie la salle au … « Café du Parc ».

Cette manœuvre implique la disponibilité du personnel du café au moment où chacun paye ses consommations avant la séance.

Le poids d’un fauteuil roulant peut varier de 30 kg (s’il est mécanique) à une centaine de kilos (s’il est électrique). Il faut bien entendu ajouter le poids de la personne. On gravite souvent à une centaine de kilos minimum. On peut souvent approcher les 200 kilos à déplacer.

Et il y a 12 marches à franchir…

Encore faut il que le personnel du Café du Parc soit physiquement apte à des efforts musculaires conséquents.

A l’intérieur de la salle, rien n’est prévu pour réserver des emplacements PMR. Pourtant, une personne en fauteuil roulant est souvent plus haute qu’une personne assise. Donc, le PMR risque de gêner.

Actuellement, la fréquentation de la salle est possible pour une personne en chaise manuelle, non tétraplégique, malgré les inconvénients décrits, et pour autant que le personnel du café garde le sourire et la force ….

Mais la situation est inconcevable pour plusieurs PMR en même temps.

Imaginez 3 chaisards dans le café à devoir transférer en heure de pointe.

Aucun PMR ne voudra s’aventurer et chacun se privera des activités culturelles présentées par les Grignoux en étant, une fois de plus, victime d’une discrimination sociale de moins en moins acceptée par le public. En Belgique, 1 personne sur 4 connaît et fréquente, dans son entourage proche ou dans sa famille, une personne moins valide.

La demande est donc réelle et urgente.                                

Des salles, plus « commerciales », à Liège ou en périphérie, ont bien compris cela et ont rendu leurs infrastructures accessibles.

Pourquoi priver les PMR du caractère unique de votre programmation ?

Mis à part les quelques aménagements mineurs dans la salle, le coût des adaptations s’élèverait à +/- 40.000 €.

Rentable ? Si réalisé pour les seules PMR, sans doute que non…

Mais si l’on compte le public qui viendra parce qu’accompagnant des PMR, on verra de suite, que la décision d’ouvrir vos infrastructures à tous est socialement gagnante.

Notre association, composées de personnes valides et non valides  privilégie, fatalement,  les lieux accessibles à tous. Combien de restaurants, théâtres, s’en félicitent ?

Notre asbl, l’asbl GAMAH, les Affaires sociales de la Ville de Liège et tous ceux qui oeuvrent pour que nous « vivions ensemble, même si on est différent », attendent votre réaction et vous assurent de leur soutien.

Bientôt, nous ouvrirons une page web sur votre cinéma dans l’item « accessibilité » de notre site web. Nous sommes persuadés qu’une solution sera intelligemment mise en place.

Vous pouvez entièrement compter sur notre soutien technique et notre return publicitaire.

En vous remerciant pour votre attention, et dans l’attente du plaisir de vous lire, nous vous présentons nos meilleurs sentiments.

Paul CLAES                                                                             Pierre LACOMBLE

ADMINISTRATEUR                                                              PRESIDENT


Réponse de la Communauté française :

                                                                                                                                                         Le 05 dec 2006

Messieurs,

Votre lettre du 29 octobre dernier relative aux difficultés d’accessibilité au cinéma « Le Parc » pour les personnes à mobilité réduite a retenu ma meilleure attention.

La Communauté française est bien consciente que la configuration des lieux ne permet actuellement pas l’accès aisé aux infrastructures du cinéma en question. Cette problématique ne nous avait pas échappée.

C’est pourquoi nous proposons de réserver les fonds destinés à ces aménagements sur le budget 2007.

Nous vous recontacterons dès lors dans le courant  du 1er trimestre 2007.

Espérant rencontrer prochainement vos attentes, je vous prie d’agréer, Messieurs, l’assurance de ma considération distinguée.

                                                                                       Chantal DASSONVILLE

                                                                                       Architecte

                                                                                       Directrice générale adjointe f.f.

Quand le Cinéma Le Parc aura-t-il son  label ?


Vendredi 02/02/07 :

Comme annoncé dans le courrier du 05/12/06 de la Communauté française, nous avons une première réunion de travail au Cinéma Le Parc de Liège.

Ce cinéma appartient à La Communauté française et peut accueillir 424 spectateurs. (www.grignoux.be) .

Autour de la table (et d’un bon café…) se retrouvent Anne LORQUET, architecte attachée au service des infrastructures culturelles de la Communauté française, Laurent NASSEL, ingénieur et conseiller en prévention à la Communauté française, Jean-Marie HERMAND et Aldo, respectivement directeur et technicien du Cinéma Le Parc. Paul Claes et Pierre Lacomble représentent l’Ancre Bleue.

A l’issue d’une réunion très concrète, il a été décidé que les aménagements nécessaires pour l’accessibilité des PMR sont détaillés comme suit :

L’Ancre Bleue fera les demandes nécessaires auprès de sa marraine, la Ville de Liège :

  • pour faire enlever la haute bordure du trottoir qui empêchent les PMR de monter sur le trottoir au niveau des places de parking réservées aux PMR.

  • Pour faire déplacer la borne incendie qui est mise au plus mauvais endroit, empêchant l’ouverture de la porte des véhicules et le placement de la chaise roulante à côté de celui-ci pour le transfert de la personne.

  • La Communauté française fera le nécessaire pour abaisser le petit débord de la pierre de taille aux portes d’entrée du cinéma.

                      

  • Pour le 1er escalier (longueur de 3m) et le second à l’entrée de la salle (longeur d’1m20), l’Ancre Bleue recherche les entreprises qui pourront présenter un produit de plateau élévateur qui remplisse, au minimum, les critères suivant :

-  système manuel de secours.

-  rapidité d’intervention d’un technicien géographiquement proche encas de panne.

-  Arrêt automatique du plateau en cas d’obstacle ou de surcharge.

-  Charge minimum de 225 kilos.

-  Bonne stabilité du plateau.

-  Bavette de freins avant/arrière.

-  Sécurité de l’habillage (pas de risque de coincement de doigt…)

-  Sécurité de freinage (autobloquant)

-  Références.

Enfin, le problème de la création d’une toilette accessible est évoqué.

Chacun est bien conscient de cette obligation.

Les échanges d’adresses e-mail entre tous les intervenants garantiront la fluidité de l’information entre tous.

La recherche du produit et la demande d’aménagement du trottoir commencent de suite.

Retour Accueil